Au-delà de tous jugements

Convaincre et sauver le monde c’est vouloir faire accepter sa position, son point de vue comme une vérité.

Qu’est-ce qu’on en sait si faire la guerre n’a pas son sentiment de joie, s’il n’y a pas un élan à s’expérimenter là-dedans ?
À être courageux, se sentir vivant, fort, solidaire… expérimenter tous ces sentiments de l’instant joyeux et libre.

Qu’est-ce qu’on en sait si se protéger, être la victime n’est pas désiré aussi au plus profond ?
Être fragile, qu’on nous donne de l’attention, qu’on se sente protéger, envelopper, confortable… encore des sentiments de l’instant joyeux et libre.

Qu’est-ce qu’on en sait si se mettre en colère, entrer en conflit, se fatiguer et se plaindre, n’ont pas le petit grain de joie qui pousse à cela ?
Sentir son torse se bomber, ses veines se gonfler, sa gorge se déployer, ses épaules se lever, aller au-delà de ses limites, se dépasser… et puis en parler pourquoi pas !! « se raconter » ! parler de cet instant joyeux et libre comme si cela ne devait pas être… ainsi avoir le sentiment d’être un sur-homme, être capable, être celui ou celle qui a subi et vaincu.
Oh glorieux « petit moi », personnage central d’une vie, pourtant si illusoire.

Oh merveilleux sentiments ! Quelle richesse de vous avoir !
Puissions-nous voir à quel point nous sommes exaucés à chaque instant.

Et dans cette « pousse » de joie va éclore la beauté et l’infinie intelligence de vie qui nous dépasse, qui dépasse ce petit moi positionnable, orgueilleux, vaniteux de ce qu’il croit avoir : connaissances, valeurs, biens illusoires.

Au-delà de tous jugements et interprétation de l’instant… je suis !
Je suis déjà tout cela et libre de tout cela… je n’ai donc rien de tout cela et pourtant si riche de tout cela.

Gratitude pour ces belles énergies de noël !
Gratitude pour ce nouveau monde qui éclot plus authentique.

Il est vrai que c’est inconfortable. Mais c’est juste un sentiment joyeux et libre lui aussi. Certes dans notre société nous n’avons pas l’habitude de celui-ci.
Le confort (au détriment de nos ressources, de la terre) s’est tellement installé. « Gagner de l’argent » est devenu plus important que la vie elle-même. Quand est-ce qu’il y a eu cette bascule ? on ne l’a pas vu venir… il est temps de prendre soin de Soi 🌎☘️🌲🐝

Puissions-nous rester centrer et laisser ce qui nous dépasse ÊTRE, sans intervenir mentalement, sans l’enfermer dans des croyances limitantes.
« Peut-être que oui… peut-être que non ! »
Accueillons notre impuissance face à ce grand plan collectif.
Restons ouverts les âmis.

Vivons l’instant joyeux et LIBRE.
Vivons toutes ces polarités de vie en remerciant tous ces sentiments d’être.

❤️

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

Me rencontrer et me reconnaître à travers l’autre

À travers l’autre, je me rencontre.
Je rencontre mes doutes, mes peurs, mes envies, mes jugements, mes capacités, mes ressources actuelles, mes contraintes, mes devoirs, mes vouloirs…
Je rencontre mes aspirations, mes élans, mes désirs, mes plaisirs, mes créations.
Je rencontre toutes mes parts, celles qui poussent, celles qui se fanent et se rendent.
Je rencontre toutes mes mises en contour, toutes mes visions subjectives de l’instant.
Je m’y rencontre éternellement.
Je rencontre l’Amour sous toutes ses formes.

Je rencontre la richesse du potentiel que je suis.
Et je ne peux qu’être émerveillée et reconnaissante.
Prendre, prendre, prendre… tout cela.
L’accueillir, l’accepter, le digérer, l’intégrer.
Parfois la digestion est difficile, le lâcher-prise ne fonctionne pas et c’est normal si ce n’est pas « pris » au préalable, si cela est toujours maintenu à distance.
Je rencontre alors « ma mise à distance », cette expérience merveilleuse de me scinder et de me refouler.
Je rencontre encore l’Amour sous toutes ses formes.

Aucune fuite et non responsabilité.
Aucun jeu de « je ne suis pas digne », « je ne mérite pas », « mais pourquoi moi »…
Aucune fausse modestie et fausse complaisance.

Tout cela m’est offert, tout ce que je vois, je vis, je ressens, j’entends, c’est le merveilleux présent  🙏
Chercher la reconnaissance ailleurs que dans ce don déjà présent, c’est continuer à se scinder et déclarer mon incomplétude. Alors que c’est déjà là !
C’est un jeu de l’esprit, où « l’autre » me reflète toutes mes vibrations, toute ma grandeur.

Tout ce que je vois chez l’autre est cadeau… pour me voir moi-même, pour me connaitre, me reconnaître au-delà de ce que je crois être et me réunifier.

La qualité et le défaut fusionnent

Ce sont les mêmes qui s’expérimentent d’un côté et de l’autre.
Suivant un point de vue il est utile et appréciable, et de l’autre inutile et désagréable.
Tant qu’on n’a pas réalisé en soi ces 2 faces, ces 2 forces, il y a quelque chose que l’on cherche à rejeter, à écarter et à fuir.
Et pourquoi n’y arrive-t-on pas (à écarter l’un)? Car ce serait effacer, par la même occasion, l’autre face.
Alors pour certains c’est une voie, une recherche, une quête. Mais pas une vérité.

Vouloir écarter de soi ces défauts, c’est écarter de même ses qualités.
Dans le défaut lui-même, la qualité est là.
Ne rien jeter, c’est tout accueillir.
La lenteur peut être mal vue sur un certain plan et très appréciable sur un autre (ralentissement intérieur pour méditer)
Amusez-vous à trouver les situations où vos défauts sont nécessaires.
Retournez-les dans tous les sens et situations et voyez…. que tout est juste.
❤️🕉

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

Au diapason

« En ce jour », qui a commencé il y a bien longtemps , fruit de tous les possibles… qui voit bourgeonner et fleurir, tous ces potentiels, sous diverses formes : la vie se transforme encore et encore

Aveuglément faire confiance en ce qui est là, en soi, en son cœur, en ses tripes, en ce qui nous anime. Cela n’est pas une philosophie, c’est un besoin vital. Ici est l’abondance en la vie, sentir la vibration et les correspondances en miroir.

Juste être observateur de ce merveilleux et gigantesque lien connecté et inter relié entre Tout, nourrit et apaise l’esprit profondément.

Dans cette paix qui s’installe de plus en plus, être le véhicule de ce qui est. Jouer tous les rôles sans s’attacher et croire un seul de ces rôles ! Être l’instrument au service de. Et jouir et se réjouir de tant de beauté.

Orchestration au diapason, d’une chorégraphie parfaite.

Merci la Vie

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

Le fil énergétique

Lors d’une canalisation pour un soin à distance, il y a eu cette image d’un élastique tendu, par rapport aux rôles.
De chaque côté du fil, il y a une polarité. Et sur l’autre « pendant », (l’autre face), il y a un point de vue différent, des expérimentations différentes.
Certaines fois, on tire d’un côté, on progresse vers un côté, on tend le fil et parfois on détend le fil et on lâche un peu du lest … mais au bout du compte, lorsque les 2 polarités ont été expérimentées, on peut se rendre compte qu’il n’y a aucune vérité dans l’une ou dans l’autre.
Et que ces combats pour rallier l’autre à sa cause étaient illusoires. Ce sont juste des points de vue de l’univers. Ils sont à l’infini.
Il peut y avoir le +/le – ; le féminin/le masculin ; le jour/la nuit, le grand/le petit ; l’inspiration/l’expiration…, même des rôles comme parent/enfant , employé/ »celui qui emploie », le « bon »/le « mauvais », « amour égotique/haine »… c’est le même mouvement, le même fil qui s’expérimente sur 2 points de vue en miroir.
Si on tend le fil « amour égotique », on peut voir que « la haine » est son autre pendant. C’est la même énergie. C’est arrivé à ma fille de 9 ans qui, après 5 années avec son amoureux de « maternelle/élémentaire » a épuisé cette énergie-là et dit à son petit copain que c’était fini. Sont arrivés, ensuite, des mots « dans l’autre polarité » et des gestes « dans l’autre polarité ». Rien de plus normal. Et de voir qu’il n’y a donc aucune vérité, ni d’un côté ni de l’autre.

Nous ne sommes ni la polarité de ce fil, ni l’autre ; c’est juste un jeu, un rôle, mais qui n’a aucune vérité, juste une expérimentation.
Pour les rôles, la mère existe parce que l’enfant existe ! Qui plus est, la mère est à la fois « l’enfant de » aussi ! Preuve qu’il n’y a aucune vérité la dedans et que cela n’est pas ce que nous sommes ou alors nous sommes la totalité.
Donc, que nous soyons une bonne crème ou un exécrable gâteau, ce que nous sommes n’est ni l’un, ni l’autre. Nous jouons des rôles (contrats d’âmes) pour sortir de cela. Car lorsque les 2 polarités sont vues, rien ne tient et les croyances s’effondrent.
La valeur de ces rôles tombe avec les « je dois », « il faut que », « j’aimerais que », « ce serait mieux ainsi »… qui alimentaient le jeu.
Et tout devient plus léger

À nous tous, rêveurs d’illusions que nous sommes, alléluia, rien n’est grave !

Il y a un espace qui se dévoile de plus en plus, qui englobe ces 2 polarités, et permet de sortir de ce rêve illusoire. Ce que je suis n’est rien de tout cela, cela peut être vu, du haut de cet élastique, de la pointe du triangle (géométrie sacrée) .
Car nous ne sommes pas cela et à la fois nous sommes tout cela dans son impermanence.

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

1 ! je t’♥ papa

De retour après quelques jours de retraite, et encore et toujours plus relié à vous tous de l’intérieur

Un petit moment hors du temps que je vous partage.
C’est subtil, je vais tenter de le mettre en mots.

Quand mon père est mort et que j’ai commencé à le canaliser. Il employait des mots tels que « univers holographique ». Je ne comprenais pas ce mot qui me paraissait bien compliqué, j’avais bien l’idée d’une projection mais bon, sans plus…
Et pendant une méditation, lors de la retraite, j’ouvre les yeux et mon regard se pose sur la fenêtre en face. Il y avait une ligne verticale. Mon regard se laisse « aller » légèrement, dans une grande détente. Et de là, une 2ème ligne verticale apparaît juste à côté. On aurait pu dire que le regard s’était flouté.
Il y avait donc 2 lignes similaires. Et cette deuxième ligne n’était pas un rajout ou une copie conforme de la première. C’était la 1ère !
Elle a donc le même potentiel que la première, puisque c’est la première

La deuxième ligne portait, en elle-même, toutes les caractéristiques et le potentiel de la première, rien ne lui manquait. Rien n’a été rajouté non plus. Elle pouvait être là, ou, pouvait ne pas être là, et ce, sans changer le moindre potentiel.

Comme un arc-en-ciel

Et c’est un pont car s’il y a croyance en une vérité, il suffit d’aller dans son double (qui en fait n’en est pas un) pour que cette croyance s’effondre. L’humain n’est pas fait pour avoir 2 vérités, ça ne tient pas. Il croit en « le reflet » ou « effet collatéral » (donc un double) de la deuxième mais pas que la deuxième soit en fait la première ! ce n’est pas logique pour le mental.

De 1, on passe à 2, qui est pourtant un, en un jeu de regard, que tous, quand nous étions enfants, avons fait.

petit clin d’œil empli d’amour pour toi papa, merci, merci, merci

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

La petite plume

Je vous partage la canalisation d’aujourd’hui lors de la méditation sonore enfant, avec l’image de la plume :
Je ferme les yeux et je me dépose en moi-même. Avec légèreté, douceur. Telle une plume qui se dépose, sans effort pour cela. Sans contrôle. Avec délicatesse.
Et j’observe où cette plume se dépose….

Lorsque les pensées de doutes, de peurs surgissent, je peux revenir à cet endroit-là, tout simplement.
Lorsque je pense à mes cauchemars, aux monstres, je reviens à cet endroit-là, où la petite plume avec confiance et abandon, s’est déposé en moi-même. Dans cet espace de repos où se trouvent la confiance, l’amour, la sécurité et la tranquillité.
Lorsque je me sens assailli par des émotions partagées en moi, je reviens dans cet espace d’amour inconditionnel.

Plus l’attention revient d’une façon réflexe à cet espace décontracté, relâché, plus « l’ancrage » se fait, plus je sors de la résistance à conserver cette pensée ou cette émotion.

Merci les loulous pour cette belle image en résonance avec vous des anges

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

« ça voir »

Ce processus de retournement intérieur est un « ça voir » bien avant toute conceptualisation mentale, c’est une introspection, une investigation authentique, une méditation profonde.

Un « ça voir » qui dévoile l’essence de ce que nous sommes, qui dévoile un espace plus vaste que toutes ces identifications physiques et psychologiques dans lesquelles nous sommes enfermés.
Un « ça voir » qui met en lumière ce que nous ne sommes pas, qui consume les croyances, les souffrances, les séparations et effondre toute fondation.

Dans cet effondrement égotique, se révèle l’inconditionnel, l’intemporel et l’impersonnel.
Un éclat de couleurs, de saveurs, de tous les possibles, provenant d’une même source inaltérable et insaisissable dans laquelle » tout » et « rien » peut apparaître.
Et en son centre, en son cœur, se sentir impuissant à un quelconque jugement ou valeur.
Juste contempler la magnifique intelligence divine de cela, la beauté et la perfection qui ne sont ni l’intelligence que l’on connaît, ni la perfection que l’on connaît, ni la beauté que l’on connaît.
Ces mots prennent tout leur sens dans l’inconditionnel. Pleinement vécu dans la paix, et la grâce de l’abandon de ce « ça » « voir » qui ne détient aucune vérité et englobe toutes les vérités .

❤️

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

L’ascenseur énergétique

Descendre d’un cran, sortir du flux incessant des pensées, revenir organiquement à ce qui est là. Rester juste là avec ce qui est ressenti organiquement.

Cela conduit à sortir de tout vouloir, de tout jugement, et ressentir ce qui est là, tout simplement, qui émerge en Soi.
Observer ce qui se passe en son cœur, en son ventre, en ses « tripes ».
Qu’est-ce qui est là, tout simplement et qui est beaucoup plus authentique que n’importe quelle interprétation à son sujet ?… un plaisir, un élan, une gêne, un poids, une chaleur… juste là… qu’est-ce qui est ressenti en soi ?
C’est là, quand l’ascenseur est descendu d’un cran
Déjà là, bien avant l’interprétation à son sujet.

C’est vibratoire, en fonction de ce qui est là dans l’instant. Comment savoir à l’avance ce que l’on va dire à quelqu’un, ce que l’on va faire en fonction de telle situation.
Le mental a pourtant bien des données dans sa mémoire pour répondre à cela… et pourtant, à y regarder de plus près, ce vacarme intérieur fait plus de bruit qu’autre chose et ne nous est pas d’une grande utilité. Parfois tout cela pèse trop et nous ne sentons plus l’élan intérieur.

Dans le silence intérieur, émerge tellement de potentiels, parfois non vus, parfois étouffés.
C’est un ascenseur qui nous fait ouvrir des portes concrètes et authentiques.

L’ascension n’est pas qu’une montée, c’est aussi une descente, un éveil « du ventre ».

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/

Mon autre

Infinie gratitude à toi, mon autre, qui reçoit parfois les projections de mes conditionnements mais ne le prends pas pour toi, n’en fais pas une affaire personnelle…
Sache juste que je te suis infiniment reconnaissant de ce que tu éclaires en moi.
Afin que cela se consume dans la Lumière, dans la Conscience, dans la Divinité de notre Êtreté.
Ainsi reconnaitre ce que Je suis, bien avant cela

Paix et Amour à tous

L’autre est Soi : Amour…

https://celinerossi.com/category/textes-inspirations/